Arrivés à New York. Premier contact avec la ville vibrante, celle qu’on voit dans les films, la grosse pomme, la ville qui ne dort jamais, tout ces surnoms qu’on a pu entendre au fil des ans. C’est drôle d’ailleurs comme quand on arrive à New York, on est déboussolés, mais pas tant. Une étrange impression se dégage des premiers pas dans la ville. Le gigantisme qui effare, l’activité qui bouillone, la diversité qui fourmille. Et à la fois, comme une impression de déjà vu. Ba oui, avec tout ces films, toutes ces séries, tous ces clips qu’on nous a servis pendant des années, la ville on la connait déjà. Que ce soit les petites rues des quartiers résidentiels de Manhattan où on pense croiser Ted Mosby, Time Square ou on s’attend à ce qu’un immeuble s’écroule sous le poids de Godzilla, ou le Wall street Bull derrière lequel on pense voir passer Harvey Specter, en fin de compte, New York, c’est comme rencontrer dans la vraie vie ton flirt internet de quand tu avais 15 ans, avec qui tu avais passé des soirées à discuter de tout, de rien et à voir quelques images pixelisées sur MSN.

Donc forcément, la rencontre est surprenante, faite de choses que tu attendais, et d’autres, beaucoup d’autres, que tu n’imaginais pas. Ce qu’on retiens de ce passage à New York, c’est la diversité phénoménale des gens et des cultures. Des restos salvadoriens, des épiceries Iraniennes, des tailleurs Coréens, tout y est, et surtout des choses qui te font dire «Ah, j’aurais pas imaginé que ça existait, ça». Défi à qui que ce soit de trouver un seul type de gastronomie qui ne soit pas représenté à New York, une nationalité qui n’ait pas son troquet du coin, un seul quartier où cohabitent des personnes de moins de 5 origines différentes.

Alors une fois à New York, qu’est ce qu’on fait? Passage obligé à Central Park, lieu de vie par excellence de Manhattan. Beaucoup plus grand que ce qu’on imagine, d’ailleurs. On prend quelques vidéos autour, à la tombée de la nuit, à essayer de capter cette espèce d’ambiance calme et pourtant bouillonante des rues.


Et on rencontre nos premiers hôtes. Matt, Kacia et leurs collocs, qui habitent dans le Queens, à l’est de Manhattan. Et oui, New York, c’est plus grand, bien plus grand que Manhattan: Il y a en tout 5 grands quartiers (Manhattan – Queens – Bronx – Brooklyn – Staten Island), et Manhattan n’est pas le plus étendu. On passe avec eux quelques jours à parler de notre voyage qui débute, à échanger sur divers sujets, plus ou moins profonds, plus ou moins passionnément. On en profite pour commencer WDFMTY (What does Freedom mean to you?), une série de vidéos/interviews. Et la première ce sera celle là, Matt, la demi-vingtaine bien tassée, New Yorkais d’adoption, Floridien (ça se dit?) d’origine.

Quelques jours de visites, de rencontres. Puis on récupère une voiture, et c’est parti. La découverte des grands espaces américains, sur la route.

(C’était l’été dernier, aux Etats Unis, nous étions deux, et cette étape est racontée par Henri. Le premier épisode ici )

 

Music, Burgers & Freedom #3 – New York, New York (bis!)